Today:18/Jun/2019
Blog
 
 
1ere formation volontaire de Sarah
2010-12-02

Pendant 4 jours, je suis allée dans le village de Rita, Saidon, pour y effectuer ma session de formation ‘’a l’arrivée’’. Un village de 150 habitants, dans la région de Jezzine, avec une vue magnifique, une petite église toute blanche, et surtout un calme … réparateur. Après un mois et demi passé presque exclusivement a Beyrouth, c’est exactement ce qu’il me fallait !

Mais attention, on n’a pas chômé ! Rita m’a préparé un programme très chargé et a  demandé à quasiment tout le village de me préparer une intervention : sur l’histoire du Liban, sur Saidon, la cuisine libanaise, le Debke (danse libanaise), la récolte des olives…

Après une première soirée passée à nettoyer et installer notre petit campement dans sa maison de famille, nous commençons donc le vendredi matin avec une séance d’échauffement-yoga qui nous a bien… réchauffées ! Et qui me rappelle douloureusement l’existence de certains muscles !

Nous enchainons ensuite sur une discussion autour de mes attentes pour cette formation, pour le volontariat, sur ma façon de travailler, sur la hiérarchie de mes objectifs… Et c’est comme ça que je me rends compte que je n’arrive pas à classer mes objectifs : qu’est-ce qui est le plus important pour moi : ‘’grandir en mieux’’, gagner de l’expérience dans le montage de projets culturels, apprendre l’arabe, découvrir le milieu culturel libanais, créer des amitiés solides, découvrir l’intégralité du territoire, comprendre un peu mieux la situation politique… Difficile à hiérarchiser !

Une session  linguistique suit, ou Rita me montre son album de famille sans un mot de français, et j’apprends ainsi tout le vocabulaire de la famille, ainsi que son histoire. Elle me demande ensuite de déchiffrer des mots qu’elle a écrits sur des petits papiers et de les coller sur les objets correspondants : fourchette, fenêtre, lit, évier… Et voila, je connais le vocabulaire de la maison maintenant !

J’ai droit dans l’après-midi à une présentation de l’histoire du Liban par Bassam, son cousin, avec explications des différents partis, armées et camps qui se sont disputé le destin du pays… Et même si je suis loin de comprendre  correctement tout ce qu’il y a à comprendre, ça me clarifie quand même l’esprit … Ce genre de sessions est pour moi très précieuse, car je me sens très ignorante à ce sujet au Liban, et je déteste ça !

Nous sommes invitées à diner avec Naji, le voisin, qui nous a préparé des brochettes au vin blanc ! Jamais gouté de viande aussi tendre de ma vie !

 

 

La journée du samedi commence avec un petit déjeuner mémorable, des manakish (galette chaude fourrée avec différentes choses) préparés sur un Saj traditionnel (grosse plaque de cuisson bombée) par une dame du village d’à coté … avec zaatar (thym, huile d’olive et soumac),  fromage palestinien, keshek (yaourt séché, blé concassé, huile d’olive, sésame, …) … et même banane-chocolat ! Moment parfait… des manaiish pareils, ça ne court pas les rues de Beyrouth !

 

 

J’ai ensuite ma deuxième session linguistique du week-end : écouter une chanson de Fayrouz et noter les mots que je connais. Résultat : je note un mot ! Et encore, je croyais entendre soleil (shams) alors que c’était parapluie (shamsiyé) ! Désespoir total : je connais si peu de mots que ça ? Heureusement, nous reprenons toutes les paroles phrase après phrase, et je m’aperçois que j’en connais en fait beaucoup… seulement, quand c’est chanté, tout est collé !

Je discute ensuite du système éducatif au Liban avec une institutrice et son petit neveu de 10 ans, qui s’applique à tout me décrire en détail avec une précision assez impressionnante… En voila un qui pourra faire prof plus tard !

La séance suivante est consacrée à une présentation du travail de coopération décentralisée que  mène la région PACA au Sud Liban. Un sujet très intéressant, inconnu de moi jusqu’ici : je ne savais même pas que ma propre région était présente au Liban…

L’après-midi se passe à préparer différentes séances : le film qui aura lieu a 17h, la session de sensibilisation des jeunes du village au programme européen de jeunesse et ma présentation  française : et oui, les gens font l’effort de me préparer des interventions, de me nourrir, de me montrer leur village, je peux bien leur faire une petite présentation de mon pays !  

A 17h donc, c’est la projection de film iranien ‘’Children of Heaven’’, choisi par Rita pour les enfants de Saidon et des villages voisins, dans le cadre du ‘’ciné-club’’.  Un beau moment de cinéma, bien apprécié par petits et grands, qui vivent à 100% les aventures des petits héros : ça fait plaisir à voir ! Malheureusement juste après le film, les jeunes qui sont sensés assister à notre séance de sensibilisation-aux-programmes-de mobilité-et-au-service-volontaire-européen disparaissent tous dans la nature (c’est samedi soir !!) et nous nous retrouvons à expliquer le programme Jeunesse en Action aux 5 quinquagénaires et -heureusement- deux jeunes qui sont restés là.

 

Nous terminons la soirée autour de photos, musique, gâteaux et quizz français, ainsi qu’une présentation Power-Point de Saidon-city, et, incontournable, une leçon de Debké….

 

La journée du dimanche est consacrée à l’apprentissage du logiciel Power Point, qui manquait cruellement à mon éducation informatique, et à un échange avec la SEULE autre volontaire européenne au Liban, Anka, une polonaise arrivée il y a 8 mois.  

 

Et je repars le soir, la tête pleine de nouvelles informations, de jolis souvenirs, de nouveaux contacts et l’envie de revenir…

 

Sarah, volontaire française a Khayal.

Posted By: KarimDakroub
Tags: Cultural Volunteering
Comments: 0
 
 
 
 
0
 
 
0
 
0
 
 
 
At a time in which cruel images and dark colors are multiplying, and o...
Dear Audience,WE ARE GLAD TO ANNOUNCE OUR NEW COLLABORATION WITH LIBRA...
Jean Youssef, a 24-year old Lebanese graduate of theater studies,...